Campagne Jeanne d’Arc 2017

L’agenda de défense entre la France et l’Inde est particulièrement dense depuis le début de l’année 2017. La nouvelle priorité que constitue la coopération dans l’Océan Indien – où les deux pays ont des intérêts vitaux, une présence forte et des capacités – s’est déjà traduite par l’organisation de la deuxième édition du dialogue bilatéral de sécurité maritime à Delhi le 19 janvier 2017 et la planification de la visite d’une délégation indienne de haut niveau à la Réunion dans les prochaines semaines.

Déployée cette année pour partie dans l’espace maritime indopacifique, la mission « Jeanne d’Arc » de formation opérationnelle des officiers-élèves de la marine nationale débute sa présence par une mise à l’honneur du partenariat franco-indien, que Paris et New Delhi qualifient de « stratégique » depuis 1998. Dans l’océan Indien depuis le 18 mars, le bâtiment de projection et de commandement (BPC) Mistral et la frégate Courbet sont arrivés en escale à Bombay le 29 mars. Le renforcement de la coopération sur les questions maritimes entre la France et l’Inde s’inscrit en cohérence avec l’évolution de leur environnement commun, ces deux pays étant des puissances de l’océan Indien. Cet espace maritime connaît une augmentation continue des échanges commerciaux par voie maritime et des échanges numériques par câbles sous-marins. L’économie bleue s’y développe grâce aux innovations technologiques et dans le cadre de la transition énergétique. Mais, dans le même temps, les trafics illicites qui financent notamment le terrorisme international exploitent davantage les voies maritimes et la pêche irraisonnée, souvent illégale, menace l’équilibre des écosystèmes océaniques. Le renforcement de la connaissance des flux maritimes est devenu indispensable pour assurer la sécurité globale.

La France et l’Inde, deux grandes démocraties, partagent la vision d’un ordre international fondé sur le droit et le multilatéralisme responsable, qui doit garantir une amélioration, par le dialogue, de la gouvernance des espaces communs. Cette approche caractérise aussi celle des nations européennes, dont les intérêts maritimes convergent avec ceux de la France et de l’Inde compte tenu de l’importance stratégique du nord de l’océan Indien. Celle-ci, nous l’avons vu, ne se limite pas à la seule dimension économique des échanges euro-asiatiques. Signe du dynamisme de la relation de défense franco-britannique et de l’effort accru des Européens pour la sécurité et la stabilité en Asie-Pacifique, deux hélicoptères Merlin de la Royal Navy et un détachement d’une soixantaine de marins britanniques sont insérés à bord du Mistral pour toute la durée de la campagne.

De Toulon à Guam, le Mistral et le Courbet couvriront la moitié du périmètre du globe. La France dispose aussi de forces permanentes de souveraineté dans ses territoires d’Outre-mer du Sud de l’océan Indien et du Pacifique Sud. Ces derniers lui confèrent plus de 80% de sa zone économique exclusive, soit plus de 9 millions de km2. Plus d’1,5 millions de citoyens français vivent sur ces territoires et près de 140.000 résident dans les pays de l’Asie-Pacifique.

JPEG

publié le 10/04/2017

haut de la page