Séminaire régional sur la lutte contre l’exploitation sexuelle des mineurs [th]

Du 18 au 21 juin, la France a organisé à Singapour un séminaire rassemblant près d’une centaine d’experts de 24 pays sur le thème de la lutte contre l’exploitation sexuelle des mineurs.

JPEG - 195.2 ko
Une centaine d’experts de 24 pays ont été réunis lors du séminaire
Photo : Ambassade de France à Singapour

Le séminaire a eu une approche pluridimensionnelle.

L’exploitation sexuelle des mineurs est loin d’être un phénomène nouveau. Fléau d’ampleur internationale, elle s’est propagée au cours des dernières décennies de manière exponentielle sur la zone très ciblée de l’Asie du sud-est et du sous-continent indien.

L’industrie de la cyberpornographie s’est rapidement développée dans les pays émergents de la zone. Une région peuplée de communautés extrêmement pauvres où cette activité apparaît comme une alternative à la misère. L’Asie du Sud-est est devenue progressivement le vivier de multiples activités criminelles, parmi lesquelles l’exploitation sexuelle des enfants pour la diffusion en ligne de contenus à caractère sexuel a connu une expansion sans précédent, en tant que commerce particulièrement rentable. D’après les estimations du Fond Monétaire International (FMI), cette entreprise criminelle génère entre 3 et 20 millions de dollars de bénéfices par an.

C’est pourquoi, face à ce constat alarmant, face à l’enjeu d’une protection sans faille des enfants, une coopération internationale policière forte aidée d’un appui partenarial efficient de tous les acteurs des secteurs publics et privés impactés par cette nouvelle forme de criminalité, est devenue une nécessité impérieuse.

C’est précisément ce que ce séminaire a voulu coordonner. Il s’est ainsi focalisé, en particulier, sur les enjeux suivants :

-* La lutte contre le live-streaming

Ce phénomène particulièrement alarmant est apparu en 2012 sur l’île de Cebu aux Philippines, connue pour être l’une des régions de la zone la plus fortement impactée par l’implantation de réseaux criminels mafieux. Il consiste en la diffusion en direct, à l’aide de webcams et à des fins commerciales, de vidéos d’abus sexuels commis sur des enfants, majoritairement pré-pubères. Il est une préoccupation majeure des services répressifs mondiaux car force est de constater que ce mode de diffusion attire de plus en plus d’internautes pédophiles.

L’ambition de l’OCRVP (l’Office Central pour la Répression des Violences aux Personnes de la Direction centrale de la police judiciaire) et des enquêteurs occidentaux mobilisés sur le sujet, a été, au cours de ce séminaire, de faire comprendre qu’ils ont besoin de l’implication des pays où les victimes sont abusées à distance et, ainsi, de pouvoir compter sur leur réactivité pour identifier ces dernières mais également les intermédiaires et les facilitateurs.

-* Le tourisme sexuel

Ce phénomène déjà internationalement connu est actuellement en pleine mutation.
Les instances nationales et internationales travaillant sur cette thématique notent en effet que les touristes sexuels filment de plus en plus leurs méfaits avec les enfants en vue de les diffuser sur internet par la suite, et ainsi alimenter la communauté internationale pédophile d’images en permanence renouvelées. Par ailleurs, l’itinérance transfrontalière des pédophiles complique nettement l’action des services répressifs et la remontée d’informations permettant l’ouverture de procédures judiciaires dans les pays dont sont originaires les délinquants présumés.

INTERPOL, à travers son unité de lutte contre la pédo-criminalité a présenté une initiative régionale visant à prévenir les risques de récidive des délinquants sexuels itinérants, condamnés, ne faisant pas l’objet de suivi, notamment à l’aide des notices vertes émises par l’organisation.

-* La lutte contre le financement de la pédopornographie

Les images d’abus sexuel sur les enfants sont accessibles en ligne en contrepartie de paiements. Ce sont de multiples transactions à faibles montants diffusées au moyen des circuits financiers et économiques internationaux. Des organismes de transferts d’argent tels que Western Union, MasterCard, PayPal se montrent particulièrement actifs dans le cadre du signalement de paiements et de versements suspects. Ce sont d’importants acteurs engagés et investis dans la lutte contre le financement des réseaux pédophiles internationaux et de réels apports techniques pour les enquêteurs chargés de démanteler ces réseaux criminels. Pour l’occasion AUSTRAC qui est l’équivalent australien de TRACFIN (la structure du Ministère de l’Economie et des Finances luttant contre les fraudes et le blanchiment d’argent) est intervenue lors du séminaire ; l’agence nationale française a fait également le déplacement.

JPEG - 78.7 ko
M. Jérôme Bonet, directeur central de la police judiciaire, à l’ouverture du séminaire sur la lutte contre l’exploitation sexuelle des mineurs
Photo : Ambassade de France à Singapour

Il est à noter que ce séminaire est financé, côté français, par les ministères de l’Europe et des Affaires étrangères, ainsi que celui de l’intérieur et l’AGRASC qui est l’agence chargée de la gestion et du recouvrement des avoirs criminels saisis et confisqués.

publié le 17/07/2019

haut de la page